Les troubles du sommeil en période de confinement

Classé en L'insomnie et autres troubles du sommeil

Publié le 16 Mar 2020

Le confinement imposé suite à la pandémie de coronavirus Covid-19 a un impact sur de nombreux aspects de notre vie quotidienne. Il peut notamment influer sur notre sommeil. Or, bien dormir est essentiel pour notre santé physique et psychique. Comment gérer les troubles du sommeil ?

Un rythme bouleversé

Des heures à se tourner dans son lit sans parvenir à trouver le sommeil, des réveils au beau milieu de la nuit ou très tôt le matin ou encore des cauchemars, nous sommes nombreux à ne pas bien dormir en cette période un peu particulière. Il faut dire qu’avec le confinement, nos rythmes de vie ont été bouleversés brutalement.

Tout d’abord parce que bon nombre de personnes ne vont plus au travail chaque jour et n’ont donc plus besoin de se lever tôt et de se coucher à des heures raisonnables. Nous perdons également le réflexe de prendre nos repas à des heures fixes et passons beaucoup plus de temps devant les écrans avant d’aller dormir. À cela s’ajoute aussi l’absence d’activité physique et le manque de lumière du jour pour ceux qui vivent dans des petits appartements.

Bref c’est toute notre horloge biologique qui est mise à rude épreuve. D’autant plus que nous sommes privés de contacts avec notre famille, nos proches et nos amis. Aussi curieux que cela puisse paraître, ce sont des donneurs de temps (Zeitgebers en allemand), par exemple les interactions sociales, le fait d’exprimer des sentiments positifs ou négatifs, qui conditionnent notre équilibre biologique global. Heureusement, on peut avoir recours à des outils numériques qui permettent de se donner des nouvelles régulièrement et cela fait partie des choses qui ponctuent une journée et qui font du bien.

Des enfants perturbés

Les troubles du sommeil en période de confinementAutre facteur qui peut expliquer les troubles du sommeil chez les adultes, ce sont les nuits agitées des enfants. Que faire pour que les plus petits dorment sur leurs deux oreilles et ne réveillent pas leurs parents en pleine nuit ?

Là encore, tout est une question de rythme à respecter dans la journée. C’est en effet toute la journée qui conditionne le rythme du sommeil et non les quelques heures juste avant le coucher. Pour être rassuré, un enfant a besoin de repères fixes quotidiens.

En cette période de confinement si spécial, il faut davantage parler à ses enfants et surtout ne pas leur cacher ce qui se passe. Il faut rassurer l’enfant sur le fait que c’est normal qu’il soit un peu déréglé dans son sommeil dans la mesure où les adultes le sont également. Il faut ainsi lui expliquer que c’est l’adulte connaît qui les règles pour bien dormir et qu’il va les donner à l’enfant. Les troubles du sommeil viennent forcément manifester une inquiétude. L’enfant est inquiet par ce qu’il entend, parce que les choses changent. Mais il faut le rassurer en lui expliquant que le cadre ne change pas, par exemple qu’il doit toujours se coucher à 20h30 et ne pas venir dans le salon.

La pandémie et le confinement sont source d’angoisse, mais elles génèrent un stress qu’on peut toutefois combattre. On peut se protéger, notamment en évitant toutes les chaînes d’information en continu, on ne les regardant qu’une ou deux fois dans la journée pour obtenir les informations importantes, mais pas avant d’aller se coucher. Il existe également beaucoup d’exercices de méditation, de sophrologie, qui permettent de tenir à distance ces angoisses. Et si malgré tout il vous arrive toujours de faire des insomnies, vous avez la possibilité de faire des siestes courtes, pas plus de 30 minutes comme le recommandent les spécialistes.

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Voir tous nos conseils